Stage à la maternité, mon immersion professionnelle (2ème partie)

Dans le 1er « épisode », je vous racontais, mes debuts chaotiques durant mon stage en immersion professionnelle et le bonheur que j’ai ressenti en assistant à mon 1er accouchement.

Les jours qui ont suivi ont été un peu plus agréables.  J’ai rencontré une auxiliaire que je connais relativement bien et qui m’a mis très à l’aise.  L’ambiance était un peu plus agréable et le reste du personnel était un peu intriguée que je puisse connaître quelqu’un du service. Du coup, tout le monde était curieux de savoir où nous nous étions connu. J’ai eu l’impression que l’atmosphère était un petit peu plus détendu  (où était-ce moi qui le vivait mieux ?)…

J’ai passé le jour suivant en salle d’accouchement, j’étais donc ravi.

Il y avait une maman qui attendait son 2ème bébé.  Visiblement c’était prévu pour être un gros bébé. Pour le coup elle était relativement bien entouré : 2 sages-femmes, 2 AP et le médecin gynécologue.

Pour ce 2ème accouchement,  la maman était sous péridurale mais visiblement, elle ne faisait plus vraiment effet.

Elle avait choisi d’accoucher sur le côté, c’est a dire, une jambe tendue et l’autre plié, les bras au dessus comme si elle essayait de s’étirer.   Elle a essayé quelques poussées dans cette position, mais elle ne se sentait pas très à l’aise.

Position accouchement latérale

Finalement elle choisit la position « classique » sur le dos. Elle ressent beaucoup la douleur. Elle a quelques difficultés à pousser de manière « efficace « … en même temps un gros bébé, même si c’est le 2ème, je pense qu’il peut être normal d’avoir un peu plus de difficultés, d’autant plus, lorsque l’on ne contrôle plus la douleur.

Les 2 AP se sont mis sur chaque côté du lit et elles ont demandé à la maman de mettre ses pieds sur l’épaule de chacune d’elle.  Plié, presque accroupi mais allongé sur le dos, cette position était censé permettre des poussées un peu plus « efficaces » (terme que je mets entre guillemet car je n’aime pas ce mot… la maman donnant tout ce qu’elle peut, ça dénote un côté un peu trop négatif à mon goût ) et est souvent utilisé lorsque c’est un gros bébé  (ah soudain je comprends mieux pourquoi j’ai également vécu ça).

Position accouchement latérale

Mais rien, aucune évolution. Tout le monde l’encourageait, mais avec la douleur, la chaleur, la fatigue, elle n’y croyait plus et répéter sans cesse qu’elle n’y arrivait pas.

Après divers essais, la sage-femme a du prendre la décision de faire une épisiotomie.

Je sais qu’il n’est pas très bien vu de faire cet acte médical,  mais je sais aussi que les « statistiques  » de cet hôpital sont relativement faible par rapport à d’autres et qu’en règle générale, ils préfèrent l’éviter. Maintenant dans le feu de l’action, le stress et mon inexpérimentation complète sur le sujet, ne m’ont pas fait aller plus loin sur la question.

Je sais que pour le 1er bébé, elle a subi une épisio et était persuadé qu’elle en aurait une pour le 2ème.

Je ne me rappelle plus si elle a poussé encore un long moment ensuite, mais je me rappelle qu’elle a tendu les bras pour le récupérer.  De les voir tous les 3, complètement ému ça m’a donné envie de pleurer (encore)… j’étais hyper touchée. Et j’étais curieuse de connaître le poids du bébé. Car avoir autant de monde dans la salle d’accouchement, je m’attendais à ce qu’il soit beaucoup plus gros que mon petit loulou qui faisait tout de même 4kg à la naissance et pourtant je n’ai pas eu droit à autant de monde (et je ne m’en plains pas).

J’ai été étonné de voir que l’on recoud l’épisio avec une aiguille qui ressemble véritablement à un hameçon de pêche.

Malgré une anesthésie locale supplémentaire je me suis rendue compte que la maman ressentait encore pas mal la douleur…

J’ai eu beaucoup d’empathie pour cette maman et j’aurais aimé l’aider a supporter la douleur que ce soit pour l’accouchement ou après, mais difficile de faire dans cette position « d’observatrice ».

Quand au bébé, il faisait 3,860kg. Visiblement il était un peu plus petit que ce à quoi il s’attendait… Comme quoi il ne faut pas toujours se fier aux échographie d’estimation. Pour ma part, ils estimaient L. entre 3,3kg et 3,5kg… ils se seront bien trompé. 500 ou 700g ce n’est pas rien dans le poids d’un bébé.

Bref, ce fut encore un bel accouchement…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire